CONFINEMENT QUAND TU NOUS TIENT…

Bonjour à tous !!

Bientôt 7 semaines que nous sommes confinés et je vous avoue que ça commence à me peser. J’ai besoin de voir mes amies, de profiter du soleil sur ma peau, d’aller travailler et boire un café avec mes collègues, de croiser mes partenaires de voyages comme autant de repères qui ont volé en éclats du jour au lendemain.

Alors me direz-vous, ce n’est pas si terrible …et je suis d’accord avec vous. Mais avant le confinement, je travaillais dans le 17ème arrondissement, de part ma seconde activité je travaillais les week-end, amoureuse de Paris, je me promenais le nez en l’air pour admirer cette ville exceptionnelle, je visitais les musées, les expos…bref ma vie sociale et culturelle était extrêmement riche. Je rencontrais plein de gens au travail, des nouvelles clientes dans mes ateliers lingerie, je contemplais des œuvres d’art, savourais des cafés à des terrasses grouillantes de vie…

Et puis le 17 mars, tout s’est arrêté.

Entendons-nous bien, j’apprécie ce ralentissement mais cela devient long. Heureusement, nous avons la télé (que je regarde peu), je télétravaille une grande partie de la journée, nous avons Facebook, je lis, je brode…un monde à portée de main !

Mais avec son côté abject !!

Depuis le début du confinement, j’ai triplé mon nombre d’amis sur FB. Non pas parce que je suis LA personne à connaitre, loin de là. Mais parce que j’illustre mon profil par des photos de pin-up, de lingerie, des photos sensuelles et féminines. Pas de vulgaire, des seins nus, de porno. Juste de la sensualité, de la beauté.

En cette période difficile, je m’astreins à poster de belles images pour le plaisir de l’œil, donner le sourire à l’autre, derrière son écran…Rien de répréhensible !

Et bien une partie des messieurs qui m’invite comme amie pensent avec une rapidité étonnante, telle une voiture de course lancée à fonds dans la ligne droite des Hunaudières au Mans et qui rate le virage !!! Bam !!! que je suis une pute car je publie ce type de photo.

Messieurs, on peut aimer la sensualité et la beauté, les courbes féminines et les porte-jarretelles sans pour autant être une traînée.

J’étudie toutes les demandes d’amis, certaines sont refusées sans autres formes de procès, c’est ma liberté ! ne vous en déplaise. D’autres sont acceptées mais se révèlent décevantes.

Pour être très claire, messieurs, je ne cherche pas un amant, si je fais des rencontres c’est uniquement pour les gens, pas pour m’envoyer en l’air, partager oui mais pas une aventure ! Je n’ai aucun besoin de ce côté-là, j’ai déjà tout ce qu’il faut, merci de vous en inquiétez.

Alors par pitié, si votre seul objectif en me demandant en amie c’est de m’envoyer la photo de votre sexe moins de 24 heures après, nous n’avons rien à faire ensemble !!

Je raconte des histoires ???? Hier, début de journée, prise de contact par Messenger d’un certain David. Nous habitons la même ville, à 300 mètres l’un de l’autre. La conversation est légère et drôle. Photo de la terrasse de David pour un petit café, invitation à déjeuner, joute verbale, échanges de photos de vacances, bref tout se déroule bien sans équivoque, sereinement. Mais vers 17h, changement de braquet, les sous-entendus deviennent lourds puis ils ne sont plus des sous-entendus mais des désirs clairement énoncés !! Jusqu’à me suggérer de profiter de ma possibilité de sortie pour venir le retrouver pour qu’il me saute (oui dans ce cas précis ce genre d’individus ne fait pas l’amour, il saute ou baise ses partenaires !!). Surprise je lui réponds, avec une pointe de malice, je l’avoue, que j’ai tout ce qu’il me faut, étant mariée. Sa réponse, édifiante, « que cherches-tu alors ? »

Rien, juste à rendre les gens heureux par des publication vitaminées, de belles photos, un bonjour !!

Alors quand vous invitez quelqu’un sur un réseau social, faites-le sans plan, juste parce que l’univers de la personne vous plait.

Pour les plans cul, Meetic est toujours en service !!

Bonne soirée les chéris

Merci de m’avoir lu, pensez à vous abonnez

Confinement – Jour 5

Bonjour à tous !! oui le ciel est gris mais il fait doux et chaud à l’intérieur. Mettez un peu de jazz, faites vous un bon café, écoutez les oiseaux chanter … vous commencez à sourire et à apprécier l’instant.

Je me régale. Pourquoi car je peux lire, lire à m’en brûler les yeux. Bien calée dans mes oreillers, un peu de jazz en musique de fonds, mon chat qui ronronne et je m’adonne sans retenue et sans complexe à mon vice : la lecture.

Je viens de terminer « Les gênes hérités de la bête » d’Eric ARTIGAUT. Un thriller sur fond de folie. Une histoire bien pensée, bien menée. Un dénouement inattendu amis dommage gâché par les fautes de syntaxe et de ponctuation. Certaines formulations sont limite incompréhensibles. Dommage car pour le coup c’était un bon premier roman.

Aujourd’hui, devinez ce que je vais faire ? Lire bien sûr !!! Un univers totalement différent…un livre dit de charme (???). Je suis sur mes gardes, je n’avais pas été emballée par 50 nuances. En règle générale, ce type de livre n’est pas très bon…Mais en lectrice éclectique, je dois aussi essayer ce type de « littérature »

A suivre

Confinement – jour 4

Bonjour à toi lecteur (ou lectrice), merci pour l’intérêt que tu portes à mes productions. Petite forme aujourd’hui, couchée tard et levée tôt, donc fatiguée…

Parlons de jolies choses. Je vais vous parler de ma deuxième activité : VDI en lingerie féminine.

Pourquoi la lingerie ? parce que c’est la quintessence de la féminité. D’aucuns verrons une contrainte ou un objet de torture. Mais pour les autres, n’est-ce pas là le raffinement et la séduction ?

Une taille amincie par un serre-taille, un sein galbé et rebondi par une soutien-gorge pigeonnant, une jambe sublimée par un bas délicatement retenu par un porte-jarretelles, ne peuvent pas vous laisser indifférents !

Vous les femmes car cela vous renvoie à la beauté de nos corps, tout en courbes et en volupté. Vous Messieurs car cela réjouit votre vue, développe votre dextérité et enrichie votre imagination.

J’aime le rebondi d’un sein délicatement confiné dans la dentelle vaporeuse d’un bonnet. Que dire du liseré d’un bas qui vient sertir le haut de la cuisse et annoncer le porte-jarretelles.

Porter une lingerie et se sentir conquérante, belle, désirable, quel kiffe !

Alors Mesdames, arrêtez d’acheter de la lingerie pour petite fille !! portez des push-up pour celles qui ont des petits seins (comme moi), des cols V pour mettre votre gorge en valeur, des guêpières pour le côté délicieusement rétro, des porte-jarretelles pour ravir votre amoureux, des bodys pour diversifier les plaisirs…bref soyez femmes jusqu’aux bouts des seins. Nous avons un pouvoir incommensurable grâce à ces accessoires de tulles et de dentelles !!

Souvenez-vous des silhouettes de Maryline, Janes, Kathrin, Brigitte, ces femmes qui ont fait fantasmer des millions d’hommes. L’élégance au féminin à la parisienne nous est enviée dans le monde entier, cultivons cette exception. Soyons belles, raffinées, élégantes, sexy, souriantes et désirables.

Certaines vont me dire qu’elles ne veulent pas se vendre. J’en conviens mais le pouvoir des femmes est là et ce depuis des lustres, les favorites ont eu leurs heures de gloire, alors avant d’être une putain royale devenons simplement des femmes qui comptent pour quelqu’un. Et commençons par nous. Habillons-nous pour nous, pour nous plaire.

Vous ne connaissez pas le modèle qui va vous mettre en valeur, qu’à cela ne tienne, des conseillères peuvent vous aider. Essayez plusieurs modèles afin de « sentir » le modèle et de vivre avec. S’il n’est pas confortable laissez tomber. Ne vous forcez pas à porter un corbeille si vous êtes plus à l’aise dans un classique. Idem pour le bas, vous n’aimez pas porter de tanga, on trouve maintenant des culottes hautes un tantinet rétro et très féminines.

Soyez belles et vous serez naturellement désirables.

Bonne journée

CONFINEMENT – JOUR 3

Réveil en douceur avec une douceur dans l’air, une lumière douce et caressante, j’adore l’ambiance qui règne. S’il n’y avait pas le confinement, tout cela serait parfait. Entend-on nous bien !!! Je regrette le confinement car cela veut dire que des gens sont malades et d’autres à leur chevet. Le personnel soignant est en première ligne et ne compte pas ces heures. Bravo à vous tous, vous faites encore une fois preuve d’altruisme et d’abnégation. Deux qualités dont notre civilisation manque cruellement.

Merci à vous et beaucoup de courage pour les jours à venir

Confinement – Jour 2

Aujourd’hui le soleil est là, rayonnant et chaud. J’ouvre les fenêtres et laisse entrer la chaleur printanière, les oiseux chantent dans le silence fait par les voitures.

Petit déjeuner au son du jazz puis repassage et ménage. J’aime avoir le temps de prendre un café, de câliner ma Pastel, de lire, de cuisiner, de me mettre à la fenêtre et contempler l’œuvre de la nature, je trouve cette atmosphère délicieuse.

Projet pour l’après confinement, rendez-vous de travail et raclette !!!

Pour l’instant je vais me préparer et aller chercher mon PC pour être en télétravail à partir de demain. A chaque jour sa peine et nous avançons tranquillement.

Et vous comment occupez-vous vos journées ?

Confinement – Jour 1

Il fait un temps de rêve, le soleil brille et les jonquilles sur le balcon attirent les premières abeilles, comme un air de vacances…

Et pourtant, quelque chose a changé. Une ambiance particulière règne. Les rues sont vides, le silence est plus présent.

Cette situation m’enchante. Je reste chez moi avec la perspective de lire, lire et lire. MariChéri cuisine et je me régale. Je dors, je lis, j’écris…

Oui le confinement est contraignant mais il peut être source de bonheur. Regarder les opéras en ligne, merci #OpéraDeParis, lire ou relire les grands classiques, broder, peindre, faire le ménage de printemps, du sport, des gâteaux (oui je sais il faut faire du sport) …

Pour moi aujourd’hui, le programme est le suivant : un post sur mon blog pour vous divertir (j’allais écrire dévêtir !! c’est pour plus tard ça) puis lecture sans restriction, le bonheur.

Prenez des nouvelles des gens que vous aimez, faites des projets pour l’après confinement, profitez de votre mari, femme, enfants, jouez avec votre chat, croyez en la terre, elle se relèvera, elle est forte…

Prenez soin de vous, à demain

Florence : jour 6 (et fin)

Et oui dernier post en dirent de la ville de Florence, nos vacances se terminent demain…

En attendant, nous finissons en beauté par le Palazzo Pitti et la Galéria Palatina. Qui sont en fait la collection des Médicis, grands mécène et riche, très riche banquier.

Nous avons plus de vingt salles a parcourir, ça tombe bien car il pleut des cordes ! Nous ne pourrons pas visiter les jardins de Boboli, dommage. Il faudra que nous revenions !

Comme à chaque fois, nous devons d’abord gravir 4 volées d’escalier. Puis nous accédons aux salles.

Une débauche de luxe et de dorures, de tables en marqueterie de pierres dures, de toiles de maîtres et de moins connues, de fresques, de plafonds à caissons, bref la quintessence de l’art florentin.

Les salles sont grandes et leurs murs sont couverts de toiles, entre 20 et 30 tableaux !!

Le second niveau présente les appartements royaux. En effet, sous le règne napoléonien, le palazzo Pitti a servi de résidence royale. On peut donc encore admirer la salle du trône.

Le reste du niveau est consacré à des œuvres plus contemporaines, impressionnistes notamment comme Pissaro.

Cette visite nous prend 4 heures !! Et il faut bien ça, compte tenu de la profusion d’œuvres !

En sortant, il pleut encore à verses, impossible de visiter les jardins dans ces conditions. Nous nous réfugions dans un restaurant pour y déjeuner même si il est 15 h !

Quelle superbe inspiration ! Nous y mangeons la meilleure pizza margharita qu’il m’est été donné de goûter.

Après ce déjeuner savoureux, nous repartons à l’hôtel nous reposer. Vers 19h nous ressortons boire un verre pour fêter notre dernière soirée. Puis nous mangeons une salade et nous finissons par une glace. Alors que nous dégustons notre gelati à proximité de la piazza del mercato nuevo, une chanteuse lyrique s’installe et sa voix est magnifique.

Nous terminons notre séjour comme nous l’avons commencé par le Ponte Vecchio.

Voilà une semaine de vacances idéale, pleine de culture, de gourmandise, d’amour, une semaine comme je les aime.

FLORENCE : Jour 5

Aujourd’hui, le ciel est bleu et le soleil baigne la ville, le fonds de l’air est frais mais il ne pleut pas et la lumière toscane est superbe.

Après avoir pris notre temps pour nous lever, nous restaurer, nous décidons de visiter le Palazzo Vecchio (le vieux palais pour ceux qui ne pratique pas la langue de Dante !) et si nous en avons encore la force le musée Galilée.

Il n’y a pas beaucoup de monde au palazzo Vecchio, nous commençons notre visite par une ascension de quatre volées d’escalier et nous débouchons dans la salle de Cinquecento (la salle des 500) qui tient son nom du nombre des représentants présents lors des Conciles Régionaux. La salle est immense, 54 m sur 13 de large et 18 m de haut !!

Le plafond est spectaculaire. Plafond à caisson orné de peinture mettant en scène la vie des Médicis. Au mur des peintures monumentales de Michel-Ange et Da Vinci et Vasari.

Une toute petite pièce (le Studiolo) à droite de l’entrée nous attire. Elle fait moins de 10 m² et est couverte de médaillon et autres peintures, du sol au plafond. Les éléments (air, terre, feu et eau) y sont représentés, les saisons, des événements bibliques, des scènes mythologiques y sont représentés.

Puis nous visitons les différentes pièces qui formaient le logis (et quel logis) des Médicis. Les Médicis étaient immensément riches ce qui leur à permis d’acquérir des œuvres devenues majeures et de financer des artistes et des chercheurs.

Chaque pièce est peu meublée mais chaque plafond est peint. Beaucoup de scènes mettent en avant la famille Médicis, un peu mégalo !!! Et les décors du style grotesque y sont partout.

Les appartements de Eléonore nous laissent admirer des cabinets en marqueterie de pierres dures de toute beauté et des plafonds exceptionnels.

Et là dans une pièce qui ressemble plus à un corridor, dans une vitrine judicieusement éclairée, on peut admirer le masque mortuaire de Dante. Il n’y a que cette pièce dans l’espace ce qui lui donne une atmosphère particulière et me fait (à nouveau) dire que Dante n’avait pas l’air d’un rigolo. Mais plus sérieusement, je crois que son chagrin d’amour à marquer l’homme profondément et à vie.

La chapelle qui suit est elle aussi couverte de peinture et reproduit la forme d’une église. C’est une toute petite pièce très intime.

Nous débouchons dans la salle des audiences, qui nous coupe le souffle tant elle est richement décorée. Son plafond est de caissons dorés et ses murs sont couverts des œuvres de Salviati. Même la porte est une œuvre, une marqueterie de bois représentant des auteurs célèbres dont Dante.

Une bien belle visite !!

Après cela, nous repartons pour visiter le musée Galilée ou musée des sciences. On y trouve des appareils de mesures en tout genre, des baromètres, des thermomètres, des astrolabes, des maquettes représentant l’enfant in vitro et en travail, des mallettes de mathématiciens, de pharmaciens, des télescopes, des microscopes mais aussi des doigts et une dent de Galilée…beurk !!

Le premier étage commence par les instruments de mesure du temps et des distances avec des globes de toutes beauté notamment du maitre Coronelli (les 2 derniers globes se trouvent à la BNF à Paris)

Les appareils qui ont servi à démontrer des théories sont grands certes mais surtout très beaux. Faits de bois précieux et de cuivre. Dommage que les explications ne soient qu’en anglais et en italien, cela aurait été sympa de savoir à quoi servait tout cela !!

L’expo se termine par, par…les pèse-personnes !! Ce qui nous rappelle que nous n’avons pas déjeuner !

 Au sortir de cette visite, nous achetons une schiacciata qui consiste en un sandwich composé d’un pain plat (la schiacciata) et garni de mozzarella, de tomates, de roquette et surtout de charcuterie italienne servie en abondance !!!

Résultat de recherche d'images pour "schiacciata vinaio"

Nous dégustons nos mets sous les yeux curieux de pigeons mais aussi d’asiatiques, au pied du palazzo Vecchio sur un banc au grand air.

Voilà encore une bonne journée.

Florence : jour 4

Lever tôt car aujourd’hui nous allons à la Galerie des Offices, pour les non-initiés c’est le Louvre florentin.

Du Botticello, du Vinci, du Carravage en veux-tu en voilà.

Le temps est gris mais sec. Notre hôtel est à une dizaine de minutes à pied. Nous prenons les audioguides et nous voilà partis.

La galerie est immense, un sol en marbre et des plafonds à caissons de toute beauté. Peints de « grotesques », forme picturale. Elle est baignée de lumière par de hautes fenêtres et s’étend presque à perte de vue !

Sur le chemin, on accède à des salles où les œuvres sont exposées. Beaucoup d’œuvres religieuses du Moyen-Age. Des retables et des icônes colorées et dorées, très dorées !

Et puis arrive les salles où Botticelli est exposé. « La naissance de Vénus » ou « L’annonciation », « La Vierge et le Magnificat »…Toutes ces toiles sont splendides, les couleurs sont vives, les ors fins, les voiles transparents, magnifiques !! Je passe du temps à admirer.

Dans la Galerie on peut admirer des sculptures de dieux grecs, d’empereurs romains…

Arrivés au bout de la galerie, on bénéficie d’une vue magnifique sur l’Arno et le Ponte Vecchio. Le temps se prête à l’aviron et nous admirons les bateaux qui glissent sur l’eau boueuse dans un soleil éclatant, entre deux averses.

Après Botticelli on peut admirer une salle octogonale appelée « La tribune ». Cette salle est tendue de velours rouge cramoisie et des œuvres majeures sont présentées. Mais le plus impressionnant c’est son plafond, en coupole et intégralement couvert de coquillages.

Puis la beauté succède à la beauté, les salles consacrées à Léonardo Da Vinci nous offrent des pièces comme « L’annonciation ». On peut aussi contempler des œuvres de Michel-Ange dont la Sainte Famille, de forme ronde avec des couleurs vives et un cadre d’où des têtes sortent, comme le voulait Michel-Ange !

Nous visitons ensuite le salon de Niobé avec son plafond blanc et or en stuc et ces statuts de marbre.

Après 4 heures de visites nous sortons épuisés mais comblés de cette visite, nous faisons une pause repas dans un restaurant en sortant et profitons du soleil pour déjeuner en terrasse puis nous déambulons dans les ruelles florentines.

Nous faisons nous courses de cadeaux à ramener à chacun. Puis notre pique-nique du soir et nous rentrons fourbus avec un beau couché de soleil sur l’Arno.

Florence : jours 2 et 3

Oui vous avez raison j’aurais du faire un billet hier. Mais MariChéri a monopolisé l’ordi donc impossible !!

Hier nous sommes retournés à Santa Maria del Fiore. MariChéri avait pour projet de monter au sommet du campanile et au dôme. Pour ce qui me concerne je ne me sentais pas de faire l’un ou l’autre. J’ai donc patienté avec un petit café pendant l’ascension des 462 marches !!!

Autant vous dire que MariChéri est redescendu fourbu, 462 marches !!!

Nous avons ensuite visité le baptistère, une merveille de marbre avec des mosaïques de toute beauté et la célèbre « Porte du paradis ». Ce qui est surprenant c’est que ces bâtiments sont indépendants, proches, très proches mais indépendants.

Nous faisons quand même une heure de queue pour visiter la cathédrale.

Mais le jeu en vaut la chandelle. Autant l’extérieur est spectaculaire par l’utilisation du marbre qui recouvre le bâtiment, autant l’intérieur est sobre voire nu. Ce qui permet de mettre en valeur la coupole entièrement peinte.

Nous visitons aussi la crypte qui est en fait la première église sur le site, mais elle se révèle beaucoup plus vaste que celle en place actuellement. Une atmosphère particulière y règne…c’est très beau.

Après cette plongée dans l’art chrétien, nous nous offrons une glace comme seuls les italiens savent les faire.

Nous sommes fourbus et décidons de rentrer. Nous longeons l’Arno afin de trouver l’arrêt de la navette pour le lendemain. En route nous prenons un petit fricheti pour le soir.

JOUR 3

Aujourd’hui est un jour important car nous allons à la Galleria de Académia où se trouve le David de Michel-Ange. Et nous ne sommes pas déçus !! L’œuvre est gigantesque, 5,17 m de haut pour plus de 5 tonnes !! Malgré cela l’œuvre est raffinée et la lumière de la coupole la met grandement en valeur. Je reste longtemps à admiré David…

Le reste des œuvres est surtout religieux, des triptyques, des retables avec pour thème l’Annonciation, la Résurrection et l’Assomption. Les fonds en feuilles d’or, les couleurs vives, le Christ bébé, crucifié, ressuscité, intéressant mais redondant.

Nous remontons à pied vers Santa Maria Del Foire avec nos petites courses, biscuits pour les collègues.

Arrivés au pied de l’église, nous décidons de faire une pause déjeuner et surtout une pause pipi !!

Bruschetta pour moi et pasta pour MariChéri. Un régal !!

Puis nous décidons d’aller jusqu’à Santa Croce, lieu où sont enterrés Dante, Michel-Ange et Galilée, entre autres.

Nous déambulons dans les ruelles florentines jusqu’à la piazza Sante-Croce. L’église au fond de la place est revêtue du même ensemble de marbre que Santa Maria Del Fiore : blanc, vert et rose. En revanche l’intérieur est spectaculaire. Avec un retable et un autel somptueusement décoré. Là aussi, l’immensité du bâtiment nous surprend.

Nous visitons la sacristie où un morceau de la robe de bure et de la ceinture de Françoise d’Assise sont conservés. Nous découvrons une école du cuir dans les murs de la paroisse. Les créations exposées sont magnifiques mais prohibitives !!

La chapelle des Médicis abrite des toiles immenses en parfait état.

Nous repartons vers la nef pour découvrir les tombes des illustres hommes enterrés ici : Rossini, Galilée, Michel-Ange et Dante pour les plus connus. D’innombrables pierres tombales tapissent le sol, certaines sont totalement effacées.

Nous terminons par le cloître, empreint d’un calme et d’une sérénité bienfaisante.

Nous rallions l’hôtel à pied, avec notre diner pour le soir. Encore une journée riche comme je les aime.

Ciao !!